lundi 3 juin 2019

Mister Lawyer de Joh Harper






- Auteur : Joh Harper -

- 449 pages -

- Editions Addictives -

- Note : 10/10



Résumé :


Anaïs et Elijah étaient promis à un avenir brillant et radieux.
Mais il a suffi d’une seconde pour que tout bascule. Écrasé par la culpabilité, la douleur et la colère, chacun a rayé l’autre de sa vie.
Des années plus tard, Elijah est devenu avocat et Anaïs gère une boîte de strip-tease. Le destin les force à se retrouver, à se côtoyer…
Malgré le désir et la passion jamais oubliés, le passé menace de les séparer de nouveau.
Et ils vont devoir se battre pour se construire un avenir ensemble.

Découvrez Mister Lawyer, la nouvelle romance de Joh Harper, après le succès de Crazy Love !


Mon avis :


 Ce roman est une réelle surprise. C’est une romance stupéfiante et totalement étonnante. Honnêtement, je ne m’attendais en aucun cas à une telle trame, à une telle plume et à cette romance dramatique. Avec la couverture, et le résumé, j’avoue en toute sincérité que je pensais que ce serait encore une histoire clichée, bien que dans certaines situations j’aime cela. Oui, j’étais attirée, mais pas au point d’en rêver la nuit et de l’acheter dès mon réveil.


Et pourtant, ce qui se trouve à l’intérieur, les personnages qui se livrent batailles à travers l’encre noir, font de ce livre une mine d’or. Et je pèse mes mots. C’est un tourbillon d’émotions que provoquent ces lignes. J’en suis encore toute frissonnante. C’est dingue comme je ne croyais pas vivre un tel voyage. Les paysages sont noirs, haineux, terribles, ravagés par une tempête affreusement douloureuse, encombrés de cadavres, de sangs et d’horreurs. Mais aussi de trahisons, et d’amour. Un lac naît, remplit de larmes et de sanglots.

Une amitié écorchée, telle est la source même des problèmes qui détruisent des vies.

J’ai pleuré. J’ai ris. J’ai hurlé. J’ai supplié. J’ai détesté. J’ai aimé. J’ai pardonné. J’ai vécu. J’ai pris vie grâce à l’essence même de cette auteure.

Du début à la fin, tout est question de mystères, de rebondissements, de suspens, de battements cœurs loupés, de peurs, d’espoirs et de déliements. L’auteure de ce trésor sait manier sa plume avec autorité, délicatesse et avec toute son âme. Elle nous emmène là où va le vent de son cœur.


Anaïs est une fille brisée, seule et démunie qui doit battre ses démons pour vaincre le diable. Il lui est très difficile de faire confiance et encore plus à Elijah, qui l’a lâchement abandonné au moment où elle avait le plus besoin de lui. Les indomptables ne sont plus, mais elle espérait, hélas, que leur duo serait assez fort pour survivre à leur deuil commun.


J’ai tenu les mains de cette femme pour lui souffler toute ma force afin qu’elle se batte et ne laisse pas son esprit dériver dans le néant. Son passé est assez trouble, chaotique, malheureux, horrifique et sanglant. Je n’ose toujours pas imaginer comment après tout cela, elle a su avoir une force de lionne pour surmonter ses épreuves et devenir une femme de caractère, bien que les faiblesses restent enfouies profondément en elle.


Son ancien ami, son amant et son sauveur, reste dans ma tête avec une image à la fois assez amère et héroïque. Oui, il a lui aussi vécu ce terrible drame. Mais, j’ai la sensation que tout est plus facile pour lui. Comment le fait de se retrouver seul a pu le garder à l’abris de l’ouragan qu’est la vie ? Certes, il est devenu hermétique à toutes émotions autres que la colère ou l’impassibilité, mais rien d’autres de terrible ne lui est arrivé contrairement à la fille qu’il a laissé pour seule. SON abandon me reste encore au travers de la gorge, car ce roman m’a paru si réel, que j’ai plongé dedans, sans en sortir complètement.


Heureusement, cet homme a muri, a compris ses erreurs et garde l’énergie nécessaire pour venir en aide à Anaïs. Bien que le pardon lui ait été accordé trop facilement. Mais c’est la vérité de l’amour.
Dans sa quête pour briser les barrières de sa femme, pour avoir le pardon, j’ai prié pour qu’il sue face à elle. Pour moi, cela me semblait une juste justice. A cause de lui, elle a vécu la misère et grâce à lui, elle s’en est extirpée de peu.
L’amour…


Ce roman est le miroir de la société, mais surtout, sans tabou il dénonce la vérité du monde. J’ai beaucoup apprécié la manière dont les femmes sont dépeintes ainsi que la force des émotions.

Mon cœur a saigné et a pleuré mais il s’est aussi illuminé au contact des cendres et des messages symboliques de l’amour pur.

Je remercie avec tout mon cœur les éditions addictives pour ce service presse tant cette découverte m'a profondément chamboulée.


#Margot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire