dimanche 17 janvier 2021

Unwanted Love de Nina Loren

 

Résumé :

 

Elle n’est pas pour lui. Il n’est pas pour elle. Et alors ?

Quand Logan sort de prison, il ne demande pas grand-chose : un job, une moto, et surtout pouvoir savourer sa liberté. Mais ce n’est pas si facile quand on est un Amérindien rebelle et ex-taulard !
Heureusement, il peut compter sur son agent de probation et ami qui lui trouve rapidement une bonne place dans le haras dirigé par Murray Thornton, un homme dur mais juste. Si Logan ne fait pas ses preuves, Murray n’hésitera pas à le virer, mais s’il se montre à la hauteur, tout ira bien. Alors, hors de question que ça dérape !
Sauf qu’il y a Mary, la fille de son patron. Beaucoup plus jeune que Logan, aussi désirable qu’intouchable, elle semble attirée par cet homme qui n’est vraiment pas pour elle. S’ils cèdent à leur attirance mutuelle, les conséquences seront dramatiques !
Compte tenu d’une société qui le rejette, l’a déjà condamné plusieurs fois et s’opposera à sa relation avec la jeune femme, Logan a tout à perdre. Mais peut-être qu’il a aussi tout à gagner avec Mary, s’ils osent tous deux défier les règles.

 



 

Logan, 39 ans, vient de passer quinze années en prison, quinze années à lutter pour rester en vie, quinze années à revivre ces instants qui l’ont conduit où il est aujourd’hui, quinze années à remettre ses idées en place.

A sa sortie il n’aspire qu’au calme, à trouver un emploi et ne plus faire de vagues, pour lui il est temps de vivre enfin sa vie comme cela aurait dû l’être durant toutes ces années perdu.

Mais pour lui les choses peuvent devenir compliquées car il est AmérIndien et ex taulard, les gens ne sont pas vraiment ouverts d’esprit, mais heureusement pour lui son agent de probation est là pour l’épauler et se porter garant pour lui.

Passionné par les chevaux, il va avoir la chance de travailler en tant que soigneur dans le ranch de Murray Thornton, une place qu’il fera tout pour garder même si pour ça il doit refuser les avances de Mary, la fille du propriétaire.

 

« Le premier : les femmes. On pense au sexe, bien sûr, mais ce n’est pas seulement ça. C’est aussi l’absence d’une présence féminine, de cette douceur qu’elles apportent partout où elles vont. On ne va se mentir, je suis sorti depuis près de dix jours, et la première chose que j’ai faite, ça a été de me trouver une jolie fille avec qui m’éclater. »

 

La jeune femme n’est pas en reste, elle n’aime pas les préjugés, elle n’aime pas quand lui dicte sa loi et encore moins qu’on fasse des choix pour elle, alors même si son père aimerait qu’elle sorte avec cet agent de police, ami de la famille, Mary ne le voit pas ainsi.

Quand elle fait la connaissance de cet homme au charme particulier, au regard pénétrant et surtout un homme qui lui résiste, elle fera tout pour l’avoir dans ses filets.

Agée seulement de 24 ans, la différence d’âge ne la gêne en rien car oui Logan a quand même 39 ans, même si elle comprend les raisons qui le poussent à ne pas succomber, elle ne compte pas en rester là. Elle va commencer un jeu qui elle l’espère fera réchauffer le cœur de cet homme qui a déjà bien souffert.

 

« Comment vais-je bien pouvoir assouvir mon fantasme et passer une nuit – ou plusieurs, dans un monde idéal – dans ses bras ? Ce mec renfrogné, mais terriblement séduisant, exerce sur moi une puissante fascination et je crois bien que je n’ai jamais été aussi attiré par un homme de toute ma vie. C’est définitif : peu importe le quand, peu importe le comment, d’une manière ou d’une autre, Logan Reynolds va passer à la casserole. »

 

La tentation est grande pour Logan, la fille de son patron ne le laisse pas vraiment de marbre, les allusions qu’elle lui fait, les gestes équivoques et les guet-apens qu’elle fait vont mettre à mal ses intentions. Il fera en sorte de la voir le moins possible, d’être le plus loin d’elle et de son chien si empathique, d’éviter les ennuis en répondant favorable à ses avances mais entre le cœur et la raison la barrière est très fine.

 

« - Ne dit-on pas que les ennuis commencent lorsque les femmes se mettent à penser ?

 

Un air mi-outré, mi-amusé s’épanouit sur le joli visage de Mary.

 

C’est très grossier, ironise-t-elle. Dommage, je sais que vous ne le pensez pas. Si vous comptez vous échapper en jouant la carte du gros mufle, c’est raté, Logan.

Vous ne me connaissez pas, mademoiselle Thornton.

J’ai un bon instinct.

 

On se défie du regard, jusqu’à ce que le sien descende sur ma bouche.

 

Non, chérie, on n’ira pas sur cette voie. Pas fou, l’Indien. »

 

Malgré toute la résistance qu’il a pu avoir, le cœur a gagné et le désir qu’il ressent pour la jeune femme est si puissant qu’il va au-delà de la peur de perdre sa place. Mais c’est avec beaucoup de prudence que les tourtereaux feront en sorte de garder cela secret car dans cette époque que sont les années 80, sortir avec un repris de justice est déjà mal vu mais alors un homme d’une autre nationalité est encore plus mal vu. La journée sera source de distance et de rendez-vous secret et la nuit les voiles se lèvent et la passion les inondera.

 

Mais à flirter avec le danger, ne risquent-ils pas de se brûler les ailes ?

 

Ce ne sera pas le seul danger qui rodera autour d’eux, les fantômes du passé de Logan risquent de faire exploser la vie qu’il commençait doucement à construire avec sa belle. Il va aussi apprendre qu’on ne peut pas faire confiance à tout le monde et qu’un sourire est souvent trompeur. Une décision des plus radicales devra être prise mais sera-t-elle la bonne ?

 

« Nous nous croisons au centre toute la journée, et pourtant je n’ai jamais autant l’impression d’être loin d’elle que lorsqu’elle est physiquement proche de moi, sans que je puisse la toucher. Quand nous sommes seuls tous les deux, c’est complètement différent, plus rien ne compte, mis à part nous. J’oublie mon passé, mes futures emmerdes, et je profite.»

Alors j’ai été surprise par cette histoire qui se passe sur une période de près de deux ans, on commence par la journée du 15 juillet 1987, eh oui nous sommes bien dans les années 80, des années emplis de préjugés, d’à priori et de craintes, n’oublions pas que nous nous situons aux États-Unis. Alors surprise, pourquoi me diriez-vous ?

Parce que, je ne pensais pas que les esprits étaient si étriqués, que malgré le fait que la personne est pu purger sa peine durant quinze longues années, on puisse encore penser que la rédemption ne soit pas possible, après je peux comprendre la peur des gens, la peur d’un père pour l’avenir de sa fille unique, la peur de l’inconnu.

 

Dans ce livre l’auteure nous donne une belle leçon de vie sur les préjugés et tous ce qui est autour, que ce soit ceux sur la nature humaine ou sur les sentiments des autres.

Elle a réussi ici à nous livrer les sentiments de Mary et Logan avec l’alternance de point de vue et je dois dire que je l’ai maudit à un moment pour le tourment qu’elle nous provoque (je ne peux vous dire la raison car c’est un point important de cette histoire).

 

On va rire, aimer, mais surtout être frustré quand on passera du passé au présent, des sauts dans le temps qui nous permettront de comprendre bien des éléments mais je dois avouer qu’aux premiers bonds j’ai eu du mal à comprendre qu’il fallait se fier aux dates plutôt qu’au temps indiqué.

J’ai été happée par leur histoire, une histoire qui restera ancré dans mon esprit et qui me permettra à moi aussi de voir le monde d’une autre manière, d’élargir mes convictions. La rédemption de cet homme qui ne veut que la paix et vivre enfin pour lui a été pour moi si bien menée par l’auteure qui a su le faire évoluer au fur à mesure des pages et l’arrivée ou plutôt la manière de s’imposer de Mary sera ce qu’il manquait à son existence.

 

Je la félicite d’avoir su faire nous faire découvrir le monde et ses travers qui sont au centre de cette histoire.

 

 

·         Nombre de pages : 346

·         Éditeur : Addictives - Luv

·         Prix Ebook : 4,99 euros

·         Lien achat Ebook : ICI

·         Note : 4,5/5

 

La chronique des Bridgerton 1 & 2 de Julia Quinn




 - Auteur : Julia Quinn -

- Editions : J'ai Lu  -

Note : 10/10 -



Résumé :  

Très chers lecteurs, quelle saison ! Au rythme des bals et des réceptions, je vous ai narré le feuilleton haletant de la folle romance entre Mlle Daphné Bridgerton et Simon, le ténébreux duc de Hastings. Valses langoureuses, rebondissements cocasses et bagarres mémorables nous auront tenus en haleine jusqu'à l'épilogue d'un romantisme échevelé. Aurons-nous le temps de reprendre notre souffle ? Il est à craindre que non, car il se chuchote déjà dans Londres qu'Anthony, le frère de Daphné, serait décidé à convoler lui aussi. Hélas, l'élue a une soeur odieuse qui s'oppose catégoriquement à cette union en raison du passé libertin du vicomte. Cela nous promet bien des péripéties. Et comme il reste six Bridgerton à marier, votre dévouée chroniqueuse a de beaux jours devant elle. Ne perdez pas le fil, chers lecteurs, la saga ne fait que commencer ! Rubrique mondaine de lady Whistledown, Londres, 1814



Mon avis : 


Une jolie saga qui commence très bien, et qui donne envie d'en savoir plus ! 
Julia Quinn nous dépeint l'univers de l'aristocratie londonienne, et de ces personnages hauts en couleur. 

Le roman raconte la vie de la famille Bridgerton, dont la mère, Violet, veuve et mère de 8 enfants, a le devoir de bien marier ses filles, et de trouver une épouse convenable à ses fils. Pétillante, drôle, cette famille m'a charmé. Ils sont pétris de conventions, de manières irréprochables, mais pas que. En effet, sous le maintien et les bonnes manières, les Bridgerton manient le sarcasme, l'ironie , et ont du un tempérament à revendre. 

Daphné est l'aîné des filles. Son éducation s'est faite grâce à sa mère, mais aussi et surtout grâce à ses grands frères. Anthony, Bénedict et Colin sont très protecteurs envers elle, et ne comptent pas la laisser choisir n'importe quel mari. Leur univers bascule le jour où le duc de Hastings revient à Londres. Voulant fuir les mondanités, sa personne fait les frais de la curiosité de la bonne société. Il ne va pas tarder à accepter les invitations aux soirées mondaines. 

Si Anthony est son meilleur ami et qu'il le retrouve avec plaisir, il ne pas tarder à tomber sous le charme de Daphné. A ses risques et périls. 

Julia Quinn nous décrit la bonne société, avec ses commérages, ses complots, et surtout la réputation, comme l'apparence seulement comptait. De plus, une certaine Mme Whistledown fait sensation avec ses chroniques, mettant à jour la personnalité et les aspirations de chacun. La chroniqueuse est anonyme, personne ne sait qui se cache derrière ce pseudonyme, et son journal donne du mordant et agacent prodigieusement, même si tout le monde en est friand. 

Pour le second livre, on part à la rencontre d'Anthony, l'aîné des enfants Bridgerton. Décrit comme un débauché, il fait trembler les jeunes filles de bonne famille, qui ne doivent pas s'acoquiner avec lui, mais qui sont pourtant attiré par son physique. 

Ironique, mais touchant, très protecteur envers sa famille, il nous permet de mieux cerner le personnage, et de comprendre les réactions qu'il a pu avoir envers Daphné, quand celle-ci devait se trouver un mari à tout prix. 

Si les hommes de cette saga sont bien portants, bien habillés, et se doivent d'être virils, ils n'en demeurent pas moins humains, avec leurs peurs et leurs fêlures. Anthony a décidé de se marier, mais s'est promis de ne pas tomber amoureux de sa femme. Pourquoi ? Et surtout, arrivera t-il à tenir sa promesse ? 

Si vous avez aimé la série du même nom sur Netflix, et librement inspiré de cette saga, alors vous devez absolument lire les livres. Si la série nous montre des maisons somptueuses, des jolies robes de bal, et des bijoux étincelants, le roman ne s'attarde pas sur ses descriptions. Peut-être parce que l'auteur se met à la place des personnages, qui ont toujours connu et vécu dans un tel luxe, et reste désabusés face à la grandeur, et à cette extravagante richesse. 

C'est un roman qui se dévore, et qui donne envie d'en savoir plus sur les autres personnages. Si la série TV nous montre les différentes personnalités de chacun et vers quoi ils tendent, chaque livre est consacré à un seul personnage. Leurs envies, leurs aspirations, on en sait plus, c'est une manière de voir la série autrement, et d'aller plus en profondeur avec cette saga. 

J'ai adoré voir la série, mais surtout lire les livres, ils sont géniaux, ils sont mordants, drôles parfois, bref j'ai adoré, et je le conseille à tous les fans de Jane Austen. 

Merci à J'ai Lu pour ce service presse !  

 
 #Laëtitia