mardi 27 octobre 2020

The Bounty Fuckers - Mission 2 - Joan de K. Jarno

Résumé

Fraîchement débarqué dans la capitale, l’inséparable trio de Bounty Fuckers ouvre la première agence française.

Joan l’inaugure avec une mission périlleuse, incluant un célèbre footballeur.

Dans un monde d’argent, de paillettes et de virilité toxique, comment atteindre son but sous le feu des projecteurs ?
Sa cible étant parfaitement consciente de sa sexualité et de ses charmes, la tâche n'en est que plus ardue. Et pour Joan, il s’agit de faire preuve de la plus grande prudence pour mener à bien son contrat. Un faux pas, et le château de cartes s’écroule.

L’échec n’est pas une option et Joan n’a pas dit son dernier mot. Car si ses deux meilleurs amis possèdent des atouts évidents, lui cache plus d’un tour dans son sac.

Après tout, ne dit-on pas que les eaux les plus calmes sont les plus profondes ?

Date de sortie : 7 octobre 2020

Auteur : K. Jarno

Maison d’édition : Black Ink Éditions

Nombre de pages : 409 pages

Note : 6,5/10

Mon avis 

Avec ce deuxième tome, K. Jarno nous fait découvrir une nouvelle facette de ce trio que j'ai appris à aimer avec la précédente mission.

Nous retrouvons le trio de Bounty Fuckers fraîchement arrivés à Paris. La capitale française va devenir le théâtre de nouvelles missions pour l’ouverture de l'agence parisienne.

Joan est le sentimental du groupe. Nous le savions dans le premier opus et c'est un trait de caractère qui se confirme dans celui-ci. La mission qui va lui être confié va le faire revoir ses limites.

Sa cible : le footballeur star de l’équipe de Paris. Valério ne fait que ce dont il a envie. Riche, beau gosse, et bien sûr talentueux, il ne compte pas se laisser suivre par un « baby sitter » aussi mignon qu’il peut être perturbant.

Leur relation est parfois tumultueuse, ils se balancent des piques et se testent mutuellement. Et cela nous fait vivre des situations plutôt cocasses. J’ai aimé les voir se découvrir, se chercher, jouer pour finalement succomber.

Autant l’un que l’autre, ils ont un passé qui les hantent. Si nous avons eu des bribes d’informations sur Joan dans le premier tome, ici nous apprenons réellement à le connaître. Son enfance l’a forgé et plus le temps passe, plus elle prend de l’importance dans son esprit.

Valerio n’échappe pas au passé difficile, bien que très différent de celui de Joan. Le footballeur a voulu se démarquer de sa famille, mais une carrière sportive n’est pas ce que son paternel espérait pour lui. Les tensions sont palpables et le moral du jeune homme en est ébranlé davantage à chaque visite.

Ces deux jeunes hommes ont un humour qui cache des fêlures, et n’hésitent pas à utiliser leur répartie pour cacher leur véritable personnalité. Ils se lancent dans des joutes verbales qui m’ont fait rire et vu qu’aucun des deux n’accepte la défaite, je peux vous garantir une lecture riche en sourire !

J’ai beaucoup apprécié retrouver dès les premières pages le fil rouge qui nous a tenu en haleine dans le précédent tome. Cette dame de cœur intrigue à chacune de ses apparitions et j’ai hâte de connaître le dénouement de cette enquête.

Pour autant, si le fil rouge est maintenu du début à la fin, je n’ai pas trouvé de suspense dans l’histoire propre de Joan et Valerio. Certes, il y a des évènements qui posent question, mais j’ai trouvé cette intrigue très longue à se mettre en place et je me suis doutée rapidement de ce qu’elle cachait.

En outre, J’ai passé un bon moment de lecture avec ces personnages aussi attachants qu’ils peuvent se montrer agaçants. J’ai adoré retrouver cette équipe qui m’avait fait vibrer lors de la mission d’Hugo. Voir le couplé Hugo/Zedd évoluer, découvrir qu’ils continuent leur enquête sur la Dame de cœur, les retrouver tout simplement, m’a fait plaisir.

Et même si j’ai moins aimé ce second tome, je ne manquerai pas de lire celui qui concerne Bellamy. Ce jeune homme m’intrigue presque autant que la dame en rouge. Il est tellement désinvolte qu’il ne peut que cacher une sacrée histoire. Alors je vais attendre avec impatience la sortie de son roman.

Merci à Black Ink Éditions pour ce service presse.

#Nolwenn

dimanche 25 octobre 2020

Claire Norton Malgré nous...


 


- Auteur : Claire Norton -

- Editions : Pocket -

Note : 10/10 -



Résumé :  

Été 1988. Alors qu'ils sont en colonie de vacances, Théo, Maxime et Julien échappent à un terrible incendie. Entre eux désormais, ce sera " à la vie, à la mort ".
Vingt ans plus tard, l'expression va prendre tout son sens.
Et vous, jusqu'où iriez-vous par amitié ?



Mon avis : 

Un roman qui m'a tenu en haleine jusqu'au bout, et que j'ai lu en deux jours. C'est une histoire d'amitié mignonne au début. Théo Maxime et Julien échappent à l'incendie de leur colonie de vacances. Les mains enserrées les uns aux autres, les pompiers les retrouvent comme ça sur un balcon. Depuis ce jour, leur amitié va résister à tout. A tout, vraiment ? 

Théo, devenu adulte, va être victime d'un burn-out. Il erre chez lui, comme un fardeau, refuse l'aide de professionnels, et sait qu'il est un poids pour sa femme, Marine, et leur fille Julie, et ses amis, Julien et Maxime. Marine doit partir au Brésil pour un contrat. Pour être le plus vite près de son mari malade, elle va vouloir avancer son billet. Malheureusement, l'avion s'écrase. 

Fou de douleur, Théo est bien décidé à en finir. Mais c'est sans compter sur les révélations de ses deux meilleurs amis. Car Marine n'aurait jamais pris cet avion et serait bien vivante. La colère, l'envie d'en savoir vont sortir Théo de sa torpeur, et il va faire l'impossible pour tenter de comprendre sa femme et ce qu'il a pu se passer.

C'est un récit magnifique, sur l'amour, la force de l'amitié. Quand plus rien ne nous retient, certains n'hésitent pas à tout faire pour nous accompagner dans le chagrin, et nous donne la force de remonter la pente. Un page turner bien ficelé, où l'auteur ne nous laisse jamais en paix.

 On se pose des questions, on croit savoir, on se trompe, bref, un super roman, que je recommande à ceux qui aiment être tenu en haleine, et sont amateurs de Guillaume Musso, même si Claire Norton a une plume plus acérée, plus mature que son confrère. 

Jusqu'où peut-on aller par amitié et le leitmotiv de ce livre fort, pleins d'émotions, de hargne. Les personnages nous semblent habituels, on a envie d'en savoir plus, et de connaitre le fin mot de l'histoire. Qui est Marine ? A t-elle pris cet avion ? Que feriez-vous par amour ? Par amitié ? Iriez-vous jusqu'à l'inimaginable ?


 #Laëtitia

Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides

 


 


- Auteur : Jeffrey Eugenides -

- Editions : Points -

Note : 10/10 -



Résumé :  


Jeunes, belles et fragiles, les cinq filles Lisbon se suicident en l'espace d'une année. Difficile de comprendre ce qui se passe derrière les murs de la villa familiale : un quotidien étouffant, une mère plus sévère que les autres, une folie contagieuse... Des garçons du quartier, effrayés et fascinés, observent les filles s'effondrer une à une. Devenus adultes, ils s'interrogent encore.

Mon avis : 


Les filles Lisbon, sont restées des mystères dans la tête des garçons du quartier. Ils ont vécu en face d'elles, les ont vu grandir, ont tenté de découvrir leurs habitudes, leurs chansons préférées. Pourtant, en l'espace d'un an, les filles Lisbon se sont suicidées. Ces garçons, devenus adultes, sont restées fascinés et s'interrogent encore sur ces drôles de filles. Auraient-ils pu deviner le drame qui couvait ? Qui étaient-elles ? En mêlant leurs objets, leurs souvenirs, et les témoignages des voisins, ils vont tenter de percer le mystère et tâcher de comprendre. 

J'avais adoré le film. La lourdeur, l'ambiance, le fait qu'un drame couve, et que les moindres gestes sont importants. Car dans le film, on voit que ce sont des souvenirs, et que le film zoome sur une mèche de cheveux, une lèvre, un regard... J'espérais retrouver ces petits riens dans ce roman.

Honnêtement, j'ai cru être immergée dans le film à nouveau. Dans le film, certains passages du roman sont dites par le narrateur et respecte à la lettre certaines phrases. J'ai adoré ! On retrouve les filles Lisbon, le mystère qui les entoure. Elles apparaissent comme immergées d'un rêve, et quand la réalité devient trop étroite, elles disparaissent à nouveau. 

L'histoire est parfois sens dessus dessous, le narrateur perd le fil, repart sur un autre souvenir, décrit une scène. Il ne sait pas, il doute : l'a t-il imaginé ou cela s'est-il réellement passé ? Et ces petites "erreurs" dans le récit ne remettre rien en cause, au contraire, il devient plus authentique. Comme si une véritable personne nous livrait ses tourments et tentait de comprendre, de démêler les fils du passé pour reconstituer l'histoire.

C'est un roman qui m'a touché. On voit ses garçons, fascinés par leurs voisines, la triste fin de celles-ci, et ces garçons qui devenus adultes, n'arrivent pas à lever leur culpabilité, et se posent encore pleins de questions. J'ai aimé aussi la dureté du temps qui passe : le souvenir des filles Lisbon qui s'efface peu à peu, leurs souvenirs et objets collectés par les garçons qui se transforment, deviennent amas de poussière, vieillissent, contrairement à leurs propriétaires qui ne sont jamais devenues adultes. Les couleurs et les odeurs s'effacent, mais les questions restent. 

 #Laëtitia

Il était une lettre de Kathryn Hughes


   


- Auteur : Kathryn Hugues -

- Editions : Le livre de poche -

Note : 10/10 -



Résumé :  


Manchester, 1973. Tina, secrétaire dans une compagnie d’assurances, est bénévole dans une boutique caritative le samedi. Cette activité lui permet d’échapper quelques heures à son mari, Rick, violent et alcoolique. Alors qu’elle trie de vieux vêtements, dans la poche d’une veste de costume, elle met la main sur une lettre jamais ouverte ni postée. C’est une demande en mariage, datée de septembre 1939. Émue, Tina décide de retrouver la destinataire de ce courrier, Chrissie, pour le lui remettre. Une simple enveloppe peut-elle contenir la clé du bonheur ? Et le chagrin d’une femme saurait-il illuminer la vie d’une autre ?
À plusieurs décennies d’intervalle, deux histoires d’amour brisées en plein vol, deux destins de femmes au cœur meurtri. Un roman bouleversant. 

Mon avis : 

Tina, bénévole dans une boutique caritative, trouve un jour une lettre dans une poche d'un manteau qu'on vient de lui laisser sur le pas de la porte. Elle va la lire, et découvrir qu'il s'agit d'une demande en mariage. La lettre n'étant pas timbrée, elle va décider de découvrir la personne à qui cette missive est adressée. Malheureuse dans sa vie de tous les jours à cause d'un mari alcoolique, Tina est une jeune femme qui va vouloir prendre son envol, hésiter, douter, avant de replonger. Cette quête va prendre du temps, mais elle fera tout pour retrouver sa destinataire, et découvrir l'issue et ce que sont devenu les personnes concernées. 

Avant la seconde guerre mondiale, Chrissie, fille d'un médecin et d'une sage femme, rencontre Billy. Entre eux, c'est le coup de foudre, et ni les parents de Chrissie, ni la guerre qui se profile n'arriveront à les séparer. A moins que...

Un roman que j'ai adoré. Une lettre oubliée dans un manteau, une histoire d'amour avortée le passé qui se mêle au présent, tout était là pour me faire passer un bon moment de lecture. J'ai adoré du début jusqu'à la fin. Même si le personnage de Tina m'a fait parfois grincer les dents au début, on comprends vite que la jeune femme n'est pas naïve, mais pleine d'espoir, avec l'envie que tout se termine bien. Alors on croise les doigts, et on la suit dans sa quête, avec l'espoir que tout aille bien pour elle nous aussi. 

L'écriture est parfaite, j'ai retrouvé la patte de mon auteur fétiche, Kate Morton, alors pour ceux qui l'aiment autant que moi, foncez, cette histoire vous plaira forcément ! On va de rebondissements en rebondissements, on découvre des secrets, des non dits, des impasses, qui vont faire tourner en bourrique les personnages. Jusqu'au bout le temps est serré, on commence à angoisser, et on espère de toutes nos forces que les personnages pourront avoir le temps de résoudre le mystère et de découvrir leurs origines. Un petit bémol pour le personnage de Clark, le meilleure ami de Billy. J'aurais adoré connaître sa suite, tant pis. 


 #Laëtitia

samedi 17 octobre 2020

84, charing cross road de Helen Hanff




  - Auteur : Helen Hanff -

- Editions : Le livre de poche -

Note : 10/10 -



Résumé :  

Par un beau jour d'octobre 1949, Helene Hanff s'adresse depuis New York à la librairie Marks & Co., sise 84, Charing Cross Road à Londres. Passionnée, maniaque, un peu fauchée, extravagante, Miss Hanff réclame à Frank Doel les livres introuvables qui assouviront son insatiable soif de découvertes. Vingt ans plus tard, ils s'écrivent toujours et la familiarité a laissé place à l'intime, presque à l'amour.
Drôle et pleine de charme, cette correspondance est un petit joyau qui rappelle avec une délicatesse infinie toute la place que prennent, dans notre vie, les livres et les librairies.
Livre inattendu et jamais traduit, 84, Charing Cross Road fait l'objet, depuis les années 1970, d'un véritable culte des deux côtés de l'Atlantique.

Mon avis :

Helen Hanff est new-yorkaise. Un jour, elle va s'adresser par courrier à une librairie de Londres pour tenter de trouver des livres. De cette commande en suivront plusieurs d'autres, et peu à peu, la correspondance qui va s'instaurer va basculer de formelle à familière. 

Pour ceux qui ont aimé le cercle des amateurs de patates, je vous le conseille. Le livre se passe après la seconde guerre mondiale, où les londoniens souffrent encore du rationnement. C'est un roman épistolaire, ce n'est pas romancé, il s'agit de la correspondance d'Helen et des employés de la librairie. 

Les personnages sont attachants, et on se plaît à lire les piques et l'humour d'Helen au fil des lettres. Un peu bohème, la jeune femme sort peu de chez elle, vit dans un logement misérable, et passe ses journées à écrire, sans être bien payée. Elle vivote comme elle peu, tout en faisant preuve de générosité envers la librairie de l'autre côté de l'Atlantique.

C'est un roman qui m'a permit de retrouver des auteurs classiques, le livre en est truffé ! C'est un livre qui se lit vite, on a hâte de découvrir la suite. La fin m'a un peu déçu, car je souhaitais une tournure différente pour les personnages.

 En lisant la postface, je me suis rendue compte que l'histoire était vraie, et qu'Helen Hanff avait réellement existé, et que cette librairie aussi,  ce qui m'a fait aimé le livre encore plus. C'est un roman qui date un peu, mais qui reste dans l'air du temps. C'est une ode aux auteurs classiques, aux beaux livres, avec des couvertures reliées et du papier épais, bref, un bon moment de lecture que je conseille à ceux qui aiment les romans en lettres comme celui-ci. 

 #Laëtitia

Les enquêtes d'une médium de Geneviève Delpech



 - Auteur : Geneviève Delpech -

- Editions : First Edition -

Note : 10/10 -



Résumé :  

Quand la police a recours à l'invisible...

" Les policiers font parfois appel à des gens comme moi, médiums, pour les aider là où toute leur logique, toutes leurs compétences pragmatiques ont échoué. Si j'ai souvent été demandée en renfort dans le cadre d'une enquête, on a parfois aussi recours à moi comme la dernière chance pour retrouver un criminel ou un disparu. "
Geneviève Delpech possède un don incroyable : celui de communiquer avec les défunts, de pouvoir ressentir, voir ou entendre des informations, des signes, venus d'ailleurs. Depuis ce jour de vacances d'été dans les Landes où, fillette, elle permit de retrouver le corps d'un ami de la
famille qui avait disparu, ses capacités de médium se sont développées, parallèlement à une envie d'aider ceux qui souffrent.
Aujourd'hui, elle apporte son soutien aux familles désespérées face à la disparition d'un proche et travaille aux côtés des enquêteurs sur des dossiers en cours, avec des réussites impressionnantes (affaires Pauline Lafont, Estelle Mouzin, Michel Fourniret, Nordahl Lelandais...). C'est cette collaboration hors du commun qu'elle met en lumière à travers les nombreux cas relatés dans ce livre bouleversant.


Mon avis :

Si vous aimez la série Medium, alors ce livre est fait pour vous ! Genevieve Delpech décrit et raconte, les enquêtes auxquelles elle a participé en tant que médium. Ces enquêtes, vous les connaissez, elles ont fait la une des journaux. 

Lu en deux heures, l'écriture est fluide, les affaires, sordides, mais la plume et la délicatesse de l'auteur nous plonge avec elle, dans son don, dans ses visions, dans ce qu'elle voit, ressent, le mal qu'elle peut ressentir physiquement.

Aucune d'histoire d'égo, mais on y découvre quelqu'un d'humain, qui met son don au service des autres par "devoir" et par amour de l'autre. Elle a cette envie de soulager les familles, de mettre les assassins sous les verrous, et tente de faire du mieux possible, même si, comme elle l'explique, la médiumnité a ses limites.

Je ne connaissais pas cette médium. C'est la femme de Michel Delpech, le chanteur, et elle a écrit plusieurs livres que je vais m'empresser de lire, car j'ai aimé comment elle présentait son don, sa vie. C'est une collection dirigé par Didier Van Cauwelaert, l'auteur, et qui a signé la préface également.

Je ne peux que vous recommander ce livre très humain, pas sordide du tout, car on sent la pudeur et l'élégance de Geneviève Delpech dans ce qu'elle décrit, et les histoires qu'elle raconte.

Une jolie découverte, lu rapidement, avec l'envie de découvrir ses autres livres, et retrouver sa plume, et la manière qu'elle a de décrire son don, sa vie, et son désir de bien faire et d'aider les gens, bref, un livre génial, écrit par une femme admirable. 
 

 #Laëtitia

Lectures d'Halloween


 

Aujourd'hui, je voulais faire un article spécial pour le mois d'octobre, et spécialement pour Halloween. Je vais vous faire une liste des livres à lire pour frissonner durant ce mois-ci, et pour préparer l'hiver qui vient, le froid qui s'installe. Installez-vous sous un plaid, livre en main, une tasse de pumpkin'latte dans l'autre, et laissez-vous porter !



Résumé : Après avoir survécu au tsunami de 2004, Grace se rend à York, au nord de l'Angleterre, pour régler la succession de sa marraine Lucy, dont elle vient d'hériter.Or, dès qu'elle pénètre dans la maison vide de sa marraine, elle est assaillie par d'étranges visions venues d'un lointain passé. Pire, elle croit entendre une voix angoissée appeler une fillette prénommée Bess. Qui est cette enfant ? D'où vient ce chuchotement désespéré ?York, 1577. Hawise, une jeune fille rêveuse éprise de liberté, rencontre le séduisant Francis. Mais ce dernier révèlera vite sa vraie nature, et sa passion destructrice pour Hawise. Il la veut, vivante ou morte...Pour ces deux femmes, malgré les quatre siècles qui les séparent, un même destin et un seul but : sauver une enfant en danger.

Avis : A la mort de sa marraine, elle va se retrouver liée au passé d'une certaine Hawise, et apprendre à la connaître à travers ses hallucinations. Hawise a vécu à York, et chaque ruelle est remplie de son histoire. De plus, Grace fait la connaissance de son voisin Drew et de sa fille Sophie. Cette dernière, proche de Lucy, a du mal à accepter sa mort, et a l'impression que peu de monde la comprend. Car comme Grace l'apprend, Lucy était une sorcière, et une adepte de l'occulte. Admirée par Sophie, Grace va se retrouver plongée au coeur d'un mystère dont elle est la seule à pouvoir dénouer les fils, et peut-être, libérer Hawise de son chagrin.



Résumé : 
Quand Kyle Freeman, réalisateur indépendant, est chargé de réaliser un documentaire sur une secte oubliée, il y voit un moyen de rembourser ses dettes. Le Temple des Derniers Jours, basé dans le désert d’Arizona et dirigé par un gourou à la réputation sulfureuse, a connu une fin sanglante. Pourtant, les rumeurs vont encore bon train sur les pratiques déviantes et les expériences paranormales du groupe. Bientôt, une série de phénomènes inexpliqués s’abat sur la production. Visites nocturnes troublantes, disparitions soudaines et découvertes d’atroces artefacts, le tournage vire au cauchemar...

Avis : L'histoire est addictive, on ne s'embarrasse pas de longues descriptions avant d'attaquer le vif du sujet. L'histoire de cette secte fait froid dans le dos, et au fur et à mesure, on découvre en même temps que Kyle les scènes qui s'y déroulaient. 
J'ai dû lire ce roman en trois jours, je l'ai trouvé génial, mieux que appartement n°16. J'adore l'imagination de l'auteur, la manière qu'il a de décrire les scènes, les créatures, l'épouvante. 
Ce n'est pas surfait, ce n'est pas trop, ça reste assez réaliste pour que l'on frissonne et que l'on y repense en éteignant la lampe de chevet.


Résumé : Le déménagement dans ce manoir charmant, en haut de la colline, devait être le point de départ pour une nouvelle vie. Après des années passées dans la banlieue de Brighton, Ollie Harcourt ne pouvait rêver mieux qu'une existence paisible à la campagne. Le reste de la famille suit d'un pas hésitant, mais ne rechigne pas pour autant à cette nouvelle aventure.
Cependant, peu après leur installation, des scènes étranges se déroulent dans la maison.
Des ombres apparaissent, les animaux domestiques se comportent de manière bizarre et plusieurs accidents, plus déroutants les uns que les autres, ont lieu.
Bientôt, Ollie n'a plus de doute : leur présence n'est pas vraiment souhaitée. Quelqu'un semble même prêt à tout pour les expulser de là... à n'importe quel prix.

Avis : En plus de l'horreur, on assiste avec cette famille aux mauvaises surprises de cette vieille maison à retaper. Chaque jour apporte son lot de factures et de mauvaises nouvelles, ce qui fait que très vite, on se met à plaindre les personnages, qui en plus des problèmes de travaux, se voient confrontés à des revenants.
L'histoire est correcte, linéaire, c'est un livre que je souhaitais lire depuis longtemps, et je n'ai pas été déçue.
 La fin est teintée d'ironie, j'ai adoré ! On ne s'ennuie pas un seul instant, et le personnage de Jade est malicieux et pétillant, et donne un ton plus léger à la gravité de la situation.
C'est une maison en mauvais état, et hantée, mais que l'on rêve de visiter. Perdue au fond d'un chemin, en haut d'une colline, avec toutes ses chambres, et toutes les légendes dont elle est l'objet, j'ai beaucoup aimé la visite, et la lecture.


Résumé : Fantômes, OVNIs, énigmes et monstres en tous genres, Le Bureau des mystères recense les plus incroyables histoires, dans la grande tradition populaire des recueils de récits qui tiennent en haleine les lecteurs de tous âges et de tous horizons.
Ainsi, vous visiterez le phare de Tévennec, au large des côtes bretonnes. La légende raconte que ses occupants deviennent fous et qu’on y entend des cris lugubres, prêtés aux âmes des naufragés. Vous découvrirez également les sœurs Fox, deux adolescentes américaines qui ont été les premières à invoquer les morts autour d’une table. Ou encore le mystère de l’homme à la hache à la Nouvelle-Orléans, cet étrange personnage animé de deux passions : écouter du jazz et fendre des crânes en deux.
Que vous croyiez ou non aux fantômes, que vous pensiez que les extraterrestres sont parmi nous ou que vous ayez l’esprit cartésien, la lecture de ces histoires vous fera frissonner à coup sûr.

Avis :  Il ne s'agit pas seulement d'histoires de fantômes. Espionnage, lumières dans le ciel, on trouve dans ce recueil un bon mélange de pas mal d'histoires mystérieuses qui ont eu du mal à trouver une explication logique, et qui des années après continuent à dérouter. Certaines histoires, en revanche, ont trouvé une explication des années plus tard, avec les progrès des technologies.
Un livre très sympa à lire, pas trop effrayant, mais qui remplit bien son rôle. Bien écrit, bien expliqué, neutre, il m'a donné envie de me pencher à nouveau sur toutes ces faits qui ont déffrayé la chronique. 


Résumé : Morine est "nécédée" à la Cité des ombres voilà 15 ans et, comme tous les habitants du monde d'en bas, elle est effrayée par l'horreur du monde d'en haut et les monstres qui l'habitent. Suite à une injuste punition décrétée par le professeur Mortifer, elle se retrouve, un peu par hasard, un peu par curiosité, au contact d'un jeune garçon du monde d'en haut : Vivian, fils du fossoyeur de la petite ville de Clarterium. Commence alors une amitié amoureuse entre deux êtres que rien ne destinait à se rencontrer. Vivian, élevé par son père et orphelin de mère dès sa naissance, est lui-même curieux de ce monde d'en bas si étrange où les morts parlent et où secrètement il espère retrouver trace de sa mère qu'il n'a jamais connue. Mais, dans le monde d'en haut, des forces encore plus obscures que dans le "sous-metière" sont à l'oeuvre et, sous l'impulsion de l'homme en noir, le crâne de l'un des sept Grands Vénérables est dérobé dans la crypte sacrée, mettant en péril l'équilibre de la Cité des ombres et le bon déroulé de la cérémonie séculaire qui approche. Comme tous les vivants en provenance du monde d'en haut, Vivian n'est pas le bienvenu chez les morts qui le capturent. Pour échapper à la sentence prononcée après un procès sommaire, le jeune homme est mis à l'épreuve pour retrouver le crâne sacré disparu...

Avis : J'ai plongé avec délice dans l'univers de Luober, et dans cette cité des ombres. Conte gothique, qui fait penser à l'ambiance funèbre de Tim Burton, j'ai adoré ! 
Les jeux de mots, l'univers de la cité des morts, tout est pensé, réfléchi à la perfection, avec une imagination sans limite ! Je me suis prise d'affection pour Vivian, qui vit seul avec son père à côté du cimetière, et pour Morine, jeune fille qui n'a aucun souvenir de son humanité.
Des rebondissements, un récit bien mené jusqu'à la fin, c'est poétique, et la mort nous apparaît comme une vie à part entière, avec ses règles. Je l'ai dévoré en une après midi.

D'autres titres : 

- Hex de Thomas Olde Heuvelt
- Appartement 16 de Adam Nevill
- Les dossiers Warren (of course !) 
- Le signal de Maxime Chattam
- Il y a quelqu'un dans la maison de Patricia Darré
- A lire au crépuscule de Charles Dickens
- le fantôme de Canterville d'Oscar Wilde
.... 




#Laëtitia

dimanche 11 octobre 2020

Georgia Caldera Les larmes Rouges tome 1 Réminiscences

 



 - Auteur : Georgia Caldera -

- Editions : J'ai lu -

Note : 10/10 -



Résumé :  

Après une tentative de suicide, Cornélia, 19 ans, est assaillie de visions et de cauchemars angoissants. Elle se retrouve plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond avec la réalité. Ces phénomènes ont peut-être un lien avec l'arrivée d'un mystérieux personnage dans sa vie. Prix Merlin 2012.

Mon avis :

Un énorme coup de coeur pour ce premier tome. J'avais entendu parler de cette saga, et à Noël dernier, j'ai commandé le premier tome. C'est un livre que j'ai repoussé un maximum parce que sur le coup il ne me tentait pas, je trouvais le résumé trop succinct. Et pourtant, je me suis régalée ! J'ai hâte de savoir la suite, et j'ai eu du mal à lire un livre derrière celui-ci, tant je voulais connaître ce qu'il allait advenir des personnages. 

Cornélia est une jeune fille qui a fait une tentative de suicide. Vivant seule avec son père depuis la mort de sa mère, celui-ci est dévasté par l'appel au secours de sa fille et ils vont partir à la campagne, à Rougemont, dans la maison familiale. Très vite Cornélia entend des bruits, ressent des choses. Et ce château, plus loin, dans lequel elle est certaine d'être déjà entrée. Comment expliquer également les marques sur sa peau, et les souvenirs qui l'assaillent ? 

Le mystérieux habitant du château, Henry, qui est-il, que cache-il ? Pourquoi protège t-il la jeune femme ? Du bout des lèvres, il va l'aider à recouvrer son passé, son ancienne vie. Peu bavard, il va l'épauler pendant sa quête, mais sans jamais trop lui révéler ce qu'il a pu se passer auparavant. 

Réminiscences porte bien son nom, car dans ce premier tome, on découvre les personnages, et la jeune Cornélia. Petit à petit, on comprend son geste, et on tente de découvrir son passé, en même temps que le personnage principal. Un roman haletant, où on a envie d'en savoir plus. Je ne me suis pas ennuyée, au contraire, j'étais déçue d'être déjà arrivée à la dernière page.

Cornélia est une jeune femme attachante, solitaire. Son père et le jardinier la surveille constamment, par peur qu'elle replonge dans la dépression et qu'elle fasse n'importe quoi. Comme les habitants du village, ils ne voient pas d'un bon oeil son amitié avec Henry. Car dans le village, les gens le soupçonnent de meurtre et le trouvent arrogant...

C'est presque une romance, il y a du fantastique, du surnaturel, des frissons, car j'avoue que parfois, j'ai eu la chair de poule, tout est parfaitement bien dosé pour nous livrer un roman bien écrit, avec une histoire légère, fluide. Le thème est vu et revu, mais sous la plume de Georgia Caldera, il redevient comme neuf, et on plonge avec délices dans cette histoire. 

Nous sommes en octobre, et c'est une lecture que je vous conseille pour ceux qui veulent marquer le coup pour Halloween. 

 

 #Laëtitia